Quand j'ai assisté à un petit crime conjugal au théâtre de la Porte d'Italie.

Ce soir je ne savais pas vraiment quoi faire, mais vraiment, à part peut être assister à un crime sous mes yeux curieux et avides d'histoires intimes.

Ce soir ce n'est pas un rendez-vous avec Hannibal Lecteur mais avec une pièce de théâtre dans un petit endroit niché sous des ramparts, le théâtre de la Porte d'Italie à Toulon.

 De la pierre et des acteurs, rien de plus pour une belle soirée avec des petits crimes conjugaux de Eric Emmanuel Schmitt. Je n'ai pas lu le livre, j'ai choisi cette pièce pour son thème et un peu par hasard, ce week-end je voulais et devais aller au théâtre et je n'ai pas été déçu.

 L'histoire d'un homme, qui après un choc violent à la tête, se reveille à l'hôpital sans aucun souvenir de qui il est et comment il s'est retrouvé dans ce lit d'hôpital. Sa femme tentera de lui faire recouvrir la mémoire mais avec cette sensation de dissimuler quelque chose, quelque chose d'inavouable. Cette histoire est un long cheminement sur la quête de soi, du couple. L'amour a toujours une facette obscure indissociable.

 On alterne avec la passion, le partage, la distance, la froideur.. et même la rupture, on assiste à tout ce que la vie de couple, à deux, nous confronte jusqu'à s'en prendre à l'autre. Les dialogues prennent une part importantes voir essentiels dans cette pièce de théâtre.

 « voilà la vie conjugale, une association de tueurs qui s'en prennent aux autres avant de s'en prendre à eux, un long chemin vers la mort qui laisse des cadavres sur la route »  

Un petit coup de coeur à revoir en septembre au théâtre de la Porte d'Italie.